Dynamiser

Le réseau est une structure souple et vivante : il a été créé, évolue, et disparaîtra lorsqu’il n’aura plus lieu d’être. Pendant sa durée de vie, la dynamique du réseau fluctue. L’animation joue un rôle essentiel dans le maintien ou le renforcement de sa dynamique.

Comment renforcer la dynamique de groupe ?

  • diversifier les modalités et les lieux de rencontres : ateliers, formations, forums, rencontres annuelles, tables-rondes, etc. ; (voir fiche sur des exemples d’action réseau)
  • susciter l’intérêt des participants : définir les objectifs en fonction des besoins exprimés par le groupe ;
  • favoriser et veiller à une bonne circulation de l’information et de la parole.

« Tout le monde est un génie, mais si vous jugez un poisson à sa capacité à grimper à un arbre, il croira toute sa vie qu’il est stupide » . Cette citation, souvent attribuée à tort à Einstein, suggère que bien connaître les membres de son réseau est essentiel.

Si malgré tous ces conseils, votre réseau ou un groupe de travail “s’endort”, comment le réveiller ?

L’idée n’est pas nécessairement de réactiver à tous prix le réseau ou le groupe de travail, mais au moins d’identifier ce qui se passe pour proposer des actions correctrices ou éventuellement clore le réseau et/ou le groupe.

Il est important de travailler sur cette question avec l’ensemble du groupe sur toutes les étapes (diagnostic, plan d’actions, décision).établir un diagnostic (faire une enquête) sur les raisons de cet “endormissement” en questionnant à minima les membres et l’animateur sur les causes et en les interrogeant sur leurs souhaits.

Les causes les plus fréquentes de “chute de régime” d’un collectif :

– objectifs pas clairs, non pertinents ou trop ambitieux qui paralysent le groupe

– cadre, rôles et/ou responsabilités associées mal définies

– manque de disponibilité des membres, notamment de l’animateur

– manque de compétences d’animation

– pas suffisamment de processus participatifs

– conflits non résolus

2) le cas échéant, construire un plan d’actions et refaire un point après quelques semaines/mois de fonctionnement.

3) prendre une décision collective sur la suite de ce groupe/réseau

Si le groupe ne fonctionne pas il est légitime de le clore pour éviter de disperser temps et l’énergie des membres qui pourront se réinvestir ailleurs.